(Aller à l'accueil)

In section : Réduction des déchets

Accès direct

Vous êtes dans : Symeed > Réduction des déchets > Qu'en pensent les finistériens ?

Qu'en pensent les finistériens ?

Les détails du sondage départemental sur la réduction des déchets

L'enquête téléphonique a été réalisée du 23 avril au 6 mai 2014. Afin de garantir la fiabilité des résultats, 607 foyers tirés au sort et représentatifs de la population générale du département ont été questionnés sur leurs pratiques.

Les 20 questions posées cherchaient à évaluer le niveau de connaissance et le degré de pratique des gestes permettant de réduire les déchets ménagers les plus communément produits et les plus facilement évitables. Parmi les thèmes abordés par l’enquête on retrouve le compostage des déchets de cuisine, la gestion des déchets verts, la réduction du suremballage et le réemploi.

Le sentiment de pouvoir agir pour la réduction des déchets  

Les finistériens affirment leur sentiment d’être acteurs et de pouvoir agir pour réduire leur production de déchets :

  • Seuls 11% des enquêtés estiment ne pas pouvoir agir pour réduire leur production de déchets.
  • 80% des enquêtés ont entendu parler de gestes ou d’actions permettant de réduire la quantité de déchets, ce qui est cohérent avec la moyenne nationale qui est de 83%.

Les biodéchets : le gaspillage alimentaire et la gestion domestique des déchets organiques

Hormis l’élaboration des menus hebdomadaires à l’avance, les gestes permettant de lutter contre le gaspillage alimentaire sont plutôt bien adoptés par les enquêtés. En ce qui concerne la gestion des déchets organiques : 46% des enquêtés pratiquent le compostage des déchets de cuisine et/ou des déchets verts du jardin.

  • 55% le font au moyen d’un composteur individuel
  • 45% directement en tas dans le jardin
  • 2% par compostage en pied d’immeuble
  • 2% par lombricompostage en appartement

La gestion des déchets de cuisine montre une marge de progression importante puisque 56% des personnes questionnées jettent encore leurs déchets de cuisine avec les ordures ménagères et jusqu’à 87% pour les personnes vivant en appartement.

Le recours à la déchèterie est systématique pour :

  • 37% des sondés pour la tonte
  • 62% des sondés pour les tailles de haies et branchages

Si la tonte de pelouse est bien gérée au jardin, les pratiques en matière de broyage des tailles de haies restent peu pratiquées.

Le stop-pub

Action simple à mettre en place et aisément diffusable, le stop-pub est une action emblématique en matière de réduction des déchets. Néanmoins, l’enquête montre une marge de progression puisque :

  • 21% des enquêtés ont un stop-pub sur leur boite-aux-lettres, ce qui place le département en retrait de la moyenne nationale qui atteint un taux de 27%.
  • 15% des sondés seraient prêts à en apposer un s’ils le recevaient.

Les préconisation pour développer la réduction des déchets

Les résultats de cette enquête permettent au SYMEED29 d’apprécier le chemin qu’il reste à parcourir pour ancrer la réduction des déchets de manière aussi pérenne que le tri des déchets.

  1. Poursuivre la sensibilisation générale en matière de prévention des déchets.
  2. Promouvoir la gestion domestique des déchets organiques.
  3. Asseoir dans les représentations associées à la lutte pour la réduction des déchets les potentialités d'économies financières réalisables.
  4. Promouvoir la consommation collaborative comme vecteur de pratiques liées au réemploi, à la réparation, à la réutilisation, au partage, au troc…
  5. encourager les finistériens à renoncer aux produits nocifs en ayant davantage recours aux produits labellisés et naturels
  6. Améliorer la diffusion du stop-pub

 

Pour plus de détails, téléchargez la synthèse des résultats : Sondage réduction des déchets - rapport détaillé - SYMEED29

Enregistrer en PDF Envoyer cette page par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora