(Aller à l'accueil)

Vous êtes dans : Symeed > Gestion des déchets > Installations de stockage > Stockage de déchets non dangereux > Principes et gestion d'une ISDND

Principes et gestion d'une ISDND

Une ISDND est un site conçu pour stocker des déchets ménagers et assimilés dans des conditions optimales de sécurité pour l'environnement. Le principe général de l'enfouissement est de stocker les déchets, en supprimant leur contact direct avec le sol à l'aide de géomembranes et d’argile imperméable, de récupérer les jus polluants (lixiviats) et le biogaz issu de leur fermentation pour une valorisation énergétique.

 1. Contrôle des déchets

A son arrivée sur le site, chaque benne de déchets subit un contrôle de son chargement (type de déchets, radioactivité) et les camions sont pesés. Cette étape permet de s’assurer du caractère non dangereux des déchets stockés.

2. Le stockage

 

Les déchets sont ensuite déposés dans l'alvéole en service et tassés par un compacteur. Les jus sont drainés sous le casier et sont dirigés vers la station de traitement des lixiviats aménagée sur le site.
 
Les déchets enfouis fermentent et produisent du méthane. En effet, aujourd’hui, les déchets enfouis ne sont pas exempts à 100 % de matières fermentescibles . Ce biogaz est drainé vers une torchère qui assure sa combustion afin de produire de l’électricité.

                                                                                           Le schéma ci-dessus montre la coupe d’une alvéole où se combinent les barrières actives et passives afin de garantir l’étanchéité de l’ISDND
- La barrière passive est constituée plusieurs couches :
              • le terrain naturel
              • mise en place d’argile garantissant une perméabilité de 1.10-9 en fond d’alvéole, et jusqu’à 2,5 mètres de hauteur sur les flancs (2 mètres au dessus de la base des déchets)
              • un géotextile bentonitique sur les flancs.
- Une barrière active constituée d’une géomembrane en PEHD protégée des deux côtés par un géotextile antipoinçonnant .

Un autre aspect technique d’une ISDND est la gestion des eaux souterraines afin de garantir l’absence de remontée d’eau.

L’exploitant doit faire une déclaration annuelle de leurs émissions polluantes ( cf arrêté du 31 janvier 2008 ). Cette déclaration participe à la mise en œuvre du registre européen sur les émissions de polluant (E-PRTR) et constitue un enjeu majeur d’information du public et de crédibilité des données disponibles.

3. La fin d’exploitation

A la fin de l'exploitation, le site sera recouvert puis revégétalisé et surveillé pendant une durée minimum de 30 ans. C’est le cas actuellement de l’ISDND gérée par la Communauté de communes du Pays Bigouden Sud. 

Enregistrer en PDF Envoyer cette page par courriel Haut de page

eZ Publish © Inovagora